Généralités

Si la France compte 15 millions de bénévoles, soit 25% de sa population, le bénévolat d’Accompagnement en Soins Palliatifs -à travers ses 352 Associations- est un bénévolat très particulier.

En effet le bénévole -confronté à la vulnérabilité de la personne en fin de vie- est renvoyé à sa propre faiblesse et à ses propres interrogations sur le sens de ce qui se vit. Il doit donc être solide psychologiquement et considérer la mort comme un évènement qui fait partie intrinsèque de la vie, si douloureux soit-il, et ne peut être réduit à un simple échec de la médecine. Il découvrira très vite que ce bénévolat est une Ecole de la vie qui augmente son humanité autrement dit sa capacité à AIMER l’autre quel qu’il soit.

Comme le dit clairement la Société Française d’Accompagnement et de soins Palliatifs (SFAP), qui fait référence en ce domaine, le bénévole qui s’engage dans cet accompagnement fait preuve d’une démarche citoyenne solidaire qui doit être apolitique et non confessionnelle.

Particularités du bénévole de la Maison de Nicodème :

Qui dit Maison dit FAMILLE. Et qui dit Famille dit FRATERNITE. Le bénévole de la Maison de Nicodème n’est donc pas seulement dans une démarche citoyenne et solidaire, il rejoint l’esprit fraternel d’une famille nombreuse et dans cette famille, il est le plus petit. Il n’a aucun savoir faire, rien à prouver et il est à la disposition de tous : personnes malades, familles et soignants.

Ce sont les soignants -présents chaque jour auprès des malades- qui indiqueront au bénévole -dont la présence est hebdomadaire- la personne malade précaire à visiter en priorité ou celui qui est angoissé etc.

Cette humble mise à disposition du bénévole est indispensable au bon fonctionnement de l’équipe.

Les bénévoles collaborent avec discrétion mais ne doivent jamais former des équipes parallèles qui vont et viennent dans le service à l’insu des soignants. Leur présence discrète aux transmissions des soignants (aux côtés des thérapeutes, des esthéticiennes, des techniciennes de surface etc…) permet de renforcer cette FRATERNITE qui se crée pour mieux entourer la personne malade et sa famille (et se soutenir mutuellement aussi, le cas échéant).

UNE SOLIDE FORMATION pour apprendre à ne RIEN faire?

On peut oser le dire…Le bénévole porte un badge avec un prénom mais pas de nom. Il est juste quelqu’un pour quelqu’un. Il doit apprendre à ECOUTER et à s’ajuster à l’autre dans une BIENVEILLANCE totale. La souffrance de la personne malade en fin de vie, on le sait, est « globale » : physique mais aussi psychique, sociale et spirituelle (questionne le sens). C’est la personne malade qui décide si elle souhaite ou non la présence du bénévole. Le bénévole -sans blouse- est la seule personne de la Société Civile (en dehors de la famille) à approcher la personne malade. Le bénévole lui manifeste ainsi qu’elle est toujours digne d’être aimée, qu’elle est capable de relation quel que soit son état et qu’on a du TEMPS pour elle.  Le bénévole doit donc Apprendre à être PLEINEMENT PRESENT dans l’ECOUTE, ou le SILENCE partagé, avec un cœur ouvert.

La formation des bénévoles de la Maison de Nicodème sera calquée sur celle des bénévoles d’une autre MAISON : la Maison Médicale Jeanne Garnier (80 lits de fin de vie et 110 bénévoles). Les liens d’Amitié qui se sont tissés entre ces deux Maisons expliquent cette précieuse entraide.

Agenda :

  • Mi- octobre 2021 : réunion d’information
  • Janvier 2022 : début de la formation

Pourquoi pas vous ?

Renseignez vos coordonnées pour que nous puissions vous contacter.

10 + 13 =

Maison de Nicodème 
19 rue Guibal
44000 NANTES
www.maisondenicodeme.fr

Suivez notre actualité :